© La Coureuse Laurence A Lavigne  

Copyright 2017

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Instagram

La première attaque

La bébitte s’installe...

 

J’avais 13 ans quand elle m’a attaquée. La salope. La bitch.

 

Je me suis réveillée un matin avec une fatigue accablante ainsi qu’une vive douleur à la nuque. De plus, j’avais des flashs à gauche qui flashaient ici là.

 

Je ne me pose pas trop de questions.

 

Je suis au pensionnat et je dois aller déjeuner à la cafétéria manger mes toasts mouillées.

 

Sauf que ce matin là, les toasts ne passent pas vraiment. J’ai envie de sel. J’ai envie de chips. Je mangerais des chips sel et vinaigre.

 

Je me dirige à mes cours et là, je sens un coup de marteau me frapper la nuque. Je me retourne subitement en panique. C’est qui? Qui m’a frappé? J’ai envie de vomir.

 

Je me sens mal, j’ai une douleur insupportable à la nuque et à la tête. Je pleure et je visite Soeur Madeleine au Pensionnat en matinée. Elle prend ma température. Je ne fais pas de température. Je pleure. J’ai si mal. Je fuis la lumière. Je vais vomir tellement que j’ai mal.

 

Soeur Madeleine m’apporte à ma chambre et ferme les rideaux. Elle me flatte le front et me mets une débarbouillette sur la tête. Je vois son regard rempli de compassion. Elle appelle le médecin et informe mon père qui travaille à Parent dans le nord.

 

À l’hôpital St-Sacrement, on me fait des tests, on me passe dans des machines, on me fait des prises de sang.

 

Et boum.

 

Je suis officiellement migraineuse.

 

Je ne sais pas trop c’est quoi être une migraineuse à part que je me souviens de ma mère enfermée dans le noir de sa chambre, quand j’étais enfant, qui pleurait et se lamentait qu’elle avait mal à la tête.

 

Un jour, elle m’avait dit que si elle pouvait se couper la tête et la mettre dans le congélateur quelques heures ça serait bien.

 

J’avais trouvé ça bizarre. 

 

Enfin, à 13 ans le médecin me prescrit du Fiorinal (un délicieux cocktail de barbituriques qui amène des dépendances et des maux de tête rebonds) ainsi qu’un anti-inflammatoire à prendre dès les premiers symptômes.

 

Euh, j’ai juste 13 ans. C’est quoi les premiers symptômes d’une migraine déjà?

 

Je repars donc avec mes pilules que je finis par popper un peu trop souvent parce que je ne sais pas différencier la migraine du mal de tête normal. J’ai peur de souffrir et j’ai surtout peur que mes yeux sortent de mes orbites et roulent en dessous de mon petit lit de pensionnaire. 

 

Vierge Marie, faites que mes yeux restent dans mes orbites. Faites disparaître ces migraines.

 

Les rencontres avec les médecins s’accumulent et elles sont toutes différentes. Je rencontre alors de vieux médecins qui ne jurent que par les barbituriques. Des jeunes qui hallucinent sur les nouveaux Triptans et les ordinaires qui te donne 2 tylénols et te somment t’aller prendre l’air (what???).

 

Shit.

 

Je suis pognée avec une pharmacie de personnes âgées et je viens d’être menstruée pour la première fois.

 

Le pire dans tout ça…il n’y a pas grand monde pour gérer ma pharmacie quand rien ne va plus…et que 3-4 pilules bleues valent mieux qu’une seule.

Je me retrouve souvent sans arme devant elle. 

 

En fait, j’ai une munition.

 

J’ai mes runnings. 

C’est là que la course et le sport prennent une toute autre signification. 

 

C’est une course contre la douleur et une course où le temps n’a aucune importance.

Je dois gérer pendant l’effort à doser mes pulsations cardiaques afin de ne pas provoquer la catastrophe.

 

Chiro, ostéo, kiné, acupuncture, massage, infiltrations, traitements de fond, médecine naturelle, régimes, relaxation, sport sont des pistes que j’ai explorées plusieurs fois et aucune de ses solutions ne présentaient un soulagement à long terme.

 

J’avance un pas à la fois en profitant de chaque belle journée et en lâchant prise complètement sur ma vitesse et mes capacités de coureuse. Aucun programme n’est à l’horaire pour le moment. Pas de demi-marathon, pas de marathon…rien.

 

Juste moi pis mes runnings.

Note: traitement de fond anti-migraineux c’est la prise quotidienne d’un médicament ou une combinaison de médicaments dans le but de diminuer ou enrayer les migraines. Le type de médicaments varie. De l’antidépresseur à l’anticonvulsant pour épileptique, une dose spécifique doit être prise au quotidien et ce malgré l’absence de symptômes de la migraine.