© La Coureuse Laurence A Lavigne  

Copyright 2017

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Instagram

Ce n'est pas toujours rose

Ça ne peut pas toujours être beau.

 

Ça ne peut pas toujours être facile.

 

Laissez-moi vous raconter ma dernière semaine de course parce que moi aussi, des fois, ça ne me tente pas toujours d’aller courir.

 

Alors débutons avec la perte de l’ongle de mon gros orteil. L’orteil gauche pour être plus précise. L’ongle est finalement tombé. C’était dégeulasse et je vous épargne les détails. Bref, j’ai le gros orteil tout nu. C'est donc une séquelle de mon marathon de novembre.

 

J’ai tué mon orteil! Je n’ai plus d’ongle!!! Ah cauchemar!! Je suis choquée.

 

Après la chute inévitable de l’ongle, c’est au tour de mes règles de mon tomber sur les nerfs.

 

Je suis en chute libre de partout vraisemblablement.

 

Mon cerveau est en mode frustré et mon pied gauche est estropié. La tête veut aussi me sauter et j’ai de l’acouphène dans l'oreille gauche. De plus, mon œil (gauche) veut sortir de son orbite parce que j’ai mal à tête en calvaire. Je mangerais des Advil pour déjeuner.

 

Donc, menstruée, estropiée du pied et avec des vertiges soutenus par de l’acouphène dans le tapis; je regarde mes running et j’ai envie de les brûler.

 

J’ai d’ailleurs toutes les raisons pour ne rien fouttre. J’ai toutes les raisons pour être une grosse patate dans mon divan en me lamentant et en contemplant mon gros orteil pas d’ongle.

 

Ma vie pue.

 

Je me sens comme de la marde et je me sens comme dans la toune de Lisa Leblanc. Ma vie c’est de la marde.

 

Je me sens menstruée jusqu’aux oreilles avec un ongle d’orteil en moins.

 

Mais savez-vous quoi?

 

J’ai couru pareil. Ben oui. J’ai chaussé mes running pis j’suis partie à courir comme une flèche.

 

Une vraie de vraie éclair. Je cours à en perdre mes ongles d’orteils restants. Je suis en beau fusil, ma vie c’est de la marde donc je cours comme une es%& de folle. Tout à coup, j’ai l’impression que je cours vite! Yeah!

 

Et le bonheur revient peu à peu après chaque kilomètre parcouru.

 

Je me sens mieux.

 

Ma vie sens bon de nouveau et je me décroche moi-même un sourire.

 

Bravo la mère!

 

Finalement, je suis fière de m’avoir botté le derrière et d’avoir chaussé mes running malgré tout. Je ne suis pas une patate de divan. Je suis une coureuse qui fait un pied de nez aux excuses qui s’accumulent dans mon cerveau de femme dans sa semaine avec un grand M.

 

 

Please reload

À la une...

Joyeux Noël!

December 21, 2016

1/10
Please reload

December 21, 2016

December 5, 2016

September 13, 2016

August 31, 2016

July 8, 2016