© La Coureuse Laurence A Lavigne  

Copyright 2017

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Instagram

Le choix

 

J’ai beaucoup de questionnements dans ma tête de coureuse…et je dois faire un choix.

 

Hier, j’ai dû consulter mon thérapeute sportif pour un problème de bandelette ilio-tibiale. La droite en particulier et la gauche est aussi très tendue.

 

Je crois bien que j’ai poussé la machine pas mal lors de mon dernier marathon. La fin de ce marathon était assez douloureuse et mes genoux étaient douloureux. Mon thérapeute croit que je me suis blessée.

 

Selon lui, ce n’est rien de grave car, en trail je ne ressens aucune douleur. La route toutefois, m’apporte son lot de problèmes comme des douleurs au genou droit.

 

Mon corps me parle et je devrais l’écouter…mes muscles me parlent aussi…mais ma tête pense autrement et le message qu’elle envoie à mon cœur est débordant de fierté. Elle veut ce PB.

 

Je suis coincée entre deux choix de coureuse et je suis certaine qu’il y a plein de coureuses qui vivent la même chose.

 

Le 11 juin prochain, c’est le demi-marathon des Générations à Laurierville. Je suis inscrite au 21.1. Je voudrais vraiment réaliser un ‘’Personal Best’’, un PB en jargon de course…donc, je voudrais le courir en moins de 2 heures.

 

Toutefois, les bandelettes elles, seront-elles capables de supporter un 21.1 avec un effort soutenu et une vitesse un peu plus rapide?

 

Je pense que oui.

 

Mais, c’est le après qui me fait peur. Habituellement, je suis une coureuse prudente et j’ai peur de me blesser, j’ai peur de ceci et j’ai peur de cela…

Je pense donc à long terme. Je pense à mon été et à mon entraînement de trail Harricana.

 

Mon thérapeute m’a dit qu’il faut parfois reculer pour avancer et que de courir un marathon c’est très dur sur le corps. C’est un effort considérable et ce n’est pas tous les humains qui réussissent une telle épreuve d’endurance.

 

Ok.

 

Je fonce ou je recule?

 

C’est comme si mon orgueil venait de manger une claque. Mon cœur de coureuse est déçu. Je me console en me disant que je cours pour le plaisir et aussi parce que j’adore ça. Je ne suis pas une athlète professionnelle. Je suis juste une fille en running.

 

Pour poursuivre ma saison estivale de course dans la joie avec mes running, je dois accepter de reculer un peu. 

 

La prescription d’Étienne, le thérapeute, est la suivante : sur la route, il faut augmenter mes intervalles. À chaque kilomètre couru, je dois marcher 30 secondes. Ne pas courir dans la douleur.

Ensuite, effectuer des exercices d’étirements et utiliser le rouleau à pâte pour rouler les bandelettes. Je dois aussi renforcer le bas de mes quadriceps et pour terminer, étirer mes fessiers qui sont aussi stressés. Je ne savais pas que les fesses pouvaient elles aussi vivre un stress quotidien. 

 

Donc, puisque dans le bois je n’ai pas mal nulle part, il m’a dit : ‘’Cours ta vie dans l’bois!’’

 

 

 

Pour le moment, je suis la coureuse des bois et j’adore ça.

 

Mon choix est le suivant: j'écoute mon corps et mes muscles. 

 

Ma tête et son PB: on verra bien le 11 juin l'état du body de la coureuse...

 

Note : Je tiens à remercier mon ami et thérapeute sportif Étienne Fallu pour ses précieux conseils et son support habituel.

 

La plante ci-haut: Jack in the Pulpit ou Petit prêcheur (Arisaema atrorubens) ou la plante Calice. Cette plante ne doit pas être ingérée. Elle est toxique, elle peut causer des sensations d'aiguilles dans la bouche et l'estomac ainsi que qu'une forte sensation de brûlures. 

 

Please reload

À la une...

Joyeux Noël!

December 21, 2016

1/10
Please reload

December 21, 2016

December 5, 2016

September 13, 2016

August 31, 2016

July 8, 2016