© La Coureuse Laurence A Lavigne  

Copyright 2017

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Instagram

Mes 5 trucs de fille pour terminer une course

Refais ta couette pis awaye!

 

Un entraînement pour un évènement X c’est quelque chose. Mais le jour X, c’est aussi quelque chose. 

 

Les filles, on rock, mais on a besoin d’encouragements.

 

Mes deux marathons ont été assez longs, mais j’avais mes trucs qui m’ont aidé à aller de l’avant, afin de poursuivre mon rêve et de terminer l’épreuve.

 

Je vous les partage, humblement.

 

1) Une casquette et sa couette

 

La couette, la tresse, les lulus en prendront une claque. Après 35 kilomètres à courir, les cheveux ont d’l’air finis pis sérieux on s’en fout. Sauf que. Oui sauf que! Au ravito, on peut prendre 2 minutes pour se recoiffer et se rafraîchir. On enlève la casquette et on refait sa couette. Pis après awaye! On repart.

2) Un lip gloss à toute épreuve

 

J’aime hydrater mes lèvres dans mes longues courses (à chaque 5 kilomètres, un jeu pour me recentrer, communément appelé mind game). Je pense que je bois assez, mais je déteste avoir les lèvres rugueuses et sèches. Je traîne toujours un baume à lèvre dans ma veste d’hydratation. Je dois dire qu’il m’a servi ailleurs que sur mes lèvres…il m’a servi sous les aisselles afin d’éviter une éruption cutanée majeure. Pratique non?

3) Une manucure 

 

J’adore mettre un verni à ongle la veille d’une course. Parce que quand on court 5 heures, on les voit nos mains! Vive la manucure impeccable! 

4) Des leggings sexy

 

Des leggings flatteurs, qui nous vont bien et qui nous font sentir super belles, c’est tellement bon pour le mental! Les shorts courts vous donnent un air bizarre, bien ce n’est pas pour vous. Des leggings flatteurs c’est beau et quand on se sent belle, on attaque chaque kilomètre avec une fierté qu’on ne peut nier.

 

5) Mes chums de filles

 

Mes chums de filles m’ont toutes écrit un petit mot sur un post-it avant mon premier marathon. J’ai donc caché les petits mots dans ma poche de veste. Rendue au KM 35, j’ai décidé qu’il était temps de les ouvrir…un à chaque kilomètre. J’ai donc franchi la ligne d’arrivée avec mes amies. Je pleurais de joie! 

 

Ma couette était à nouveau toute défaite, mais j’avais complété mon marathon en beauté avec une immense fierté. 

 

J’enlève ma casquette, je refais ma couette et je regarde ma médaille…et je suis prête à recommencer. Awaye! Cours!

*Couette: coiffure queue de cheval

*Tresse: nattes